mardi 29 décembre 2009

Eclairs (et tonnerres) sous les étoiles

Premier essai nocturne de mon nouveau Pentax K-x, qui vient remplacer mon loyal K10 qui a rendu l'âme à la fin de l'orage du 8 octobre dernier.
Je suis bluffé par la qualité des images aux hautes sensibilités. Les portes de la photographies nocturnes s'ouvrent enfin devant moi ! Et ça tombe bien, l'excellente visibilité de ce soir me permet d'observer la ribambelle de foyers orageux qui glissent du Médoc vers Limoge :

Les constellations du Cygne et de la Lyre sont suspendues au-dessus de la lointaine masse orageuse. Combinaison panoramique de deux poses de 13 s, iso 800, Pentax K-x et objectif Pentax-M 35/2.8.

Gros plan sur une "tête de cunimb"
bien active
au sommet fréquemment illuminé.
Elle est située à l'extrémité postérieure du complexe orageux,
c'est-à-dire à sa pointe sud-ouest.
Pentax K-x et Sigma 70-200/2.8.


Cette ligne d'orages ne passe pas à moins de cent cinquante kilomètres de moi, et je certifie pourtant avoir entendu le tonnerre !
Comment est-ce possible ?
Je me sais sensible au basses fréquences, qui parmi les ondes acoustiques sont celles qui se propagent le plus loin, mais 150 km cela me parait énorme. Je mets volontiers en ligne de compte la possibilité que le gradient de température de l'atmosphère puisse contribuer à façonner des guides d'ondes similaires à ceux formés par les différences de salinité et de température dans les océans, et qui permettent au chants de certains cétacés de se propager sur des milliers de kilomètres. De similaires phénomènes de réverbération et réfraction acoustique sont connus par la succession de zones de bruit et de silence entourant concentriquement des lieux où se sont produit de très puissantes explosion. A ce titre, les lueurs d'éclair qui illuminaient l'horizon étaient particulièrement puissantes malgré la distance, et les orages d'hiver produisent plus fréquemment des décharges positives dont la grande intensité électrique se traduit par un tonnerre fracassant.
J'ai déjà eu l'occasion d'aborder ce sujet avec un chasseur d'orage qui, du coté des Vosges, était surpris de pouvoir entendre le tonnerre accompagnant des orages distants de quatre-vingt dix kilomètres environ. Il est certain que cela implique certaines conditions, notamment de jouir d'un site d'observation calme. Les éléments relatifs à la stratification et à la dynamique de la masse d'air entre Gascogne et le nord de l'Aquitaine mériteraient d'être scruté plus en détail.
Comme je m'intéresse de plus en plus à l'acoustique, je vais tôt ou tard me mettre en tête de tenter d'enregistrer ces lointains échos de fureur ...

2 commentaires:

'Tsuki a dit…

Impressionnants, ces clichés... Que voilà un appareil propre à me faire rêver...

Pour l'accoustique, quand je vivais dans le Cantal j'ai essayé d'enregistrer ces sonorités... Mais il faut les retravailler après capture afin de les rendre audible...

Merci en tous les cas pour le partage,

Et bonne continuation : votre blog est très agréable à parcourir ; j'y repasserais sans nul doute souvent...

rosy123 a dit…

Un petit mot pour vous dire que votre blog est super!
voyance en ligne gratuite et sérieuse