samedi 13 octobre 2007

Orfévreries matinales

Les 12 et 13 octobre, la campagne gersoise s'est réveillée sous un épais brouillard. Une ambiance claustrophobante et bien maussade, mais qui allait permettre aux soies des toiles d'épeires de s'orner d'innombrables gouttelettes scintillantes. J'ai passer des heures heureuses à photographier ces orfèvreries éphémères !
Voici les clichés issus de cette plongée dans l'herbe humide et les buissons mouillés :

Les perles d'eau mettent en évidence la disposition des fils de soie, et révèlent la sophistication de la structure de cette toile d'épeire. En voici un autre exemple, pris le long de l'un des rayon du piège que l'araignée à tisé au cours de la nuit :

Un cliché pris par dessus donne ce résultat (j'ai privilégié une grande ouverture pour ne disposer que d'une faible profondeur de champ) :


Voici deux vues d'une toile minuscule découverte sur un bout de lierre :


Et un troisième cliché de la même toile, mais photographiée en contre-plongée afin de la saisir sur fond de brouillard :


Toutes les araignées ne font pas des toiles, mais presque toutes dévident un fil extrêmement fin au cours de leurs pérégrinations. Rien de tel que la rosée pour mettre en évidence ces discrets "fils d'ariane" bien plus nombreux que l'on ne l'imagine :

... sur les géraniums flétris ...

... tout autour des épines du rosier:


... entre les feuilles pointues de cette plante dont j'ai oublié le nom !

La suite ce soir !

1 commentaire:

Enn' a dit…

Photos superbement ciselées;la plante ne serait-elle pas un dracenea ou un yucca ?